Banc d’essai: Les serviettes hygiéniques lavables

Il y a quelques années de cela, je tombais nez à nez avec une publicité de la Diva Cup dans une salle de bain public. Ma première réaction fût de me dire « Quessé ça c’t’affaire là? ». En fouillant un peu, j’ai découvert que la Diva Cup était une alternative aux tampons. Bonne idée mais dans mon cas, je voyais plus de désavantages que d’avantages à ce nouveau produit.

Il y a 2 mois de cela, je tombe sur l’entrevue de Béa Johnson à Tout le monde en parle. Cette femme c’est donné comme mission de réduire ses déchets. Suite à son entrevue, je cours m’acheter son livre Zéro Déchet. C’est dans ce livre que je découvre la solution à mon problème, les serviettes hygiéniques lavables.

N’étant pas une très bonne couturière, je me suis mise à la recherche d’une compagnie fabriquant des serviettes hygiéniques lavables. Je suis tombée sur ÖKO créations, une compagnie québécoise fabriquant des serviettes à base de chanvre (44%) et de coton biologique (54%). J’avais trouvé ce que je cherchais, je devais maintenant m’en procurer.

J’ai d’abord testé les protège-dessous. Deux protèges-dessous pour 16$, c’est peut-être cher vous me direz mais jamais je ne reviendrais avec des protèges-dessous jetables. C’est tellement plus confortable et plus doux. Seul petit hic, le protège se déplace un peu dans les sous-vêtements mais rien de bien dramatique car il absorbe bien et je n’ai eu aucune fuite.

Pour les serviettes, je n’ai essayé que les longues (de nuit, ultra absorbante).  Elles m’ont plu tout autant que les protège-dessous. Elles coûtent par contre, un peu plus chers.

Pour le lavage c’est assez simple, rincez à l’eau froide et faire sécher avant de les mettre à la laveuse à l’eau froide ou tiède. Pour le séchage, j’ai opté pour les faire sécher à plat même si elles vont dans la sécheuse. C’est un choix personnel puisque c’est  plus écologique. Sur le site de ÖKO, les instructions pour le lavage sont très clairs. Vous n’avez qu’à y jeter un coup d’oeil.

serviettes oko

Avantages:

Économique et écologique: J’ai fait un calcul rapide. Je dépensais environ 130$ en serviettes hygiéniques et protège-dessous par année. C’est énorme, je sais! Öko propose un kit complet pour 75$ ( comprend  3 protège-dessous, 3 serviettes régulières, 2 serviettes de nuit et une pochette de transport). Paraît-il qu’on peut se servir des serviettes pendant 6 ans? Je ne peux confirmer cette information mais faites le calcul. 75$ pour 6 ans ça vaut la peine. En plus, je réduis mes déchets.

Facile d’entretien: Très simple à laver.

Confortable: J’ai aucunement l’impression de porter un protège-dessous ou une serviette.

Inconvénients:

Le prix: À long terme ça revient moins cher mais, comme coût de départ c’est un peu cher car personnellement, j’ai besoin d’au moins 2 kits complets pour passer au travers de mes 4 jours de règles. Je n’ai malheureusement, pas le temps de faire du lavage à chaque jour (de toute façon c’est également peu écologique) donc 2 kits c’est plus adapté à mes besoins.

Reste un peu tâchée: Blanche, les tâches peuvent ne pas partir complètement. Je sais que pour certaines, c’est un gros inconvénient. Vous pouvez alors vous en confectionner vous-même. Feuilleter le livre de Béa Johnson et mettez-vous à votre machine à coudre.

 

Plusieurs compagnies offrent des serviettes hygiéniques lavables dont Mère Hélène et Luna Pad. Personnellement, ÖKO me convenait donc je n’ai pas tenté d’essayer d’autres produits de marques différentes.

Ça fait qu’un mois que j’utilise les serviettes lavables. Pour le moment, je suis satisfaite.  Il ne me reste qu’à tester leur durer de vie!

 

Publicités

7 réflexions sur “Banc d’essai: Les serviettes hygiéniques lavables

  1. Je suis très tentée d’essayer les serviettes lavables aussi, donc de savoir qu’il en existe faites au Québec, c’est encore plus tentant! Et à lire tous les commentaires sur cette alternative, ça semble en valoir la peine! 😀

    • Pour le moment, je ne le regrette vraiment pas. Après mon test, voyant que j’aimais vraiment ça, j’en ai commandé d’autres sur le site d’Öko pour en avoir assez pour une semaine. Je les ai reçu en moins d’une semaine. En plus, j’ai même eu droit à un rabais pour mon prochain achat. Bref, en plus d’aimer le produit, je juge que j’ai eu un bon service de la compagnie également.

  2. Pingback: Banc d’essai: Lait nettoyant- démaquillant Druide et tampons démaquillants Öko Créations | Les chroniques d'une maman hyperactive

  3. Ah non, pas ça!
    J’ai connu les serviettes hygiéniques adolescente avec la ceinture et ses deux boucles pour attacher la serviette,
    et puis les couches pour bébé à laver lors de mes séjours en Afrique avec mes 2 premiers enfants.
    Ce fut une délivrance quand les serviettes jetables sont apparues, et un régal de changer mon troisième bébé à mon retour en France.
    Je ne reviendrais pas à ces époques, juste pour ça!

  4. J’ai pris conscience il y a peu de temps de toutes les saletés contenues dans les serviettes hygiéniques. Je n’ai jamais eu de problème de mycoses, mais je ressentais effectivement un inconfort avec les serviettes jetables.
    Le mois dernier, j’ai à tout hasard cherché sur internet s’il existait d’autres « solutions ». Je n’imaginais pas que les lavables existaient et je suis tombée sur le site PLiM ! J’ai tout de suite adhéré au principe et passé commande.

    J’ai donc testé PliM Smart (protège-slips) et les Medium et Plus (pour les règles) :
    J’ai tourné pendant une semaine de vacances avec deux protège-slip. Je lavais à la main le soir celui que j’avais porté dans la journée, je l’essorais dans une serviette éponge et je pouvais le remettre le surlendemain.
    Quand j’ai eu mes règles, j’ai aussi testé les Medium et les PLUS et j’en suis absolument ravie. Elles sont aussi efficaces que les jetables (j’utilisais la marque always), mais tellement plus agréables à porter. J’étais un peu sceptique quant au rinçage à l’eau froide : tout part, pas de traces… Par contre, je n’ai pas encore testé la PLiM sale qui sèche un peu dans le sac à main et le trempage le soir.
    J’ai aussi utilisé une Max pour la nuit. Génial !

    J’ai aussi des lavables de la marque Anaé trouvées chez Biocoop. Elles sont bien, mais moins fines et moins « techniques » que les PliM.

    Ma mère qui a connu les ancêtres des serviettes hygiéniques était plus que sceptique et m’a tout de suite dit « bon courage, tu n’as pas fini de faire bouillir ton linge… ». Effectivement, quand on a connu les épaisseurs de tissus accrochés à la culotte par des épingles à nourrice, le terme de lavable doit rappeler de mauvais souvenirs et paraître un retour en arrière.
    En fait, les serviettes lavables sont « l’avenir des jetables » : elles ont la même forme, la même finesse, mais tellement plus d’avantages (jolies, saines, écologiques, économiques, pas de résidus collants accrochés au slip, pas d’odeur…). Le seul inconvénient est qu’il faut les laver, mais c’est si simple. De toute façon, si l’on est prête à passer aux serviettes lavables que ce soit pour des raisons écologiques, économiques, des raisons de santé ou d’éthique, ce n’est pas le rinçage ou le lavage à la main qui va nous arrêter.
    Personnellement, maintenant que j’ai testé, je vais en parler autour de moi car je trouve vraiment dommage que l’on n’entende pas parler de ces produits.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s