Le changement

Le changement, un mot qui fait si peur mais qui peut tellement faire la différence.

Changer ses habitudes de vie c’es difficile. Plus nous sommes âgés, plus nos habitudes sont encrées en nous. Certains sont réticents au changement en particulier lorsque la demande est d’autrui. Par exemple, dans mon petit coin de pays, plusieurs citoyens ont témoigner leur mécontentement face à la nouvelle piste cyclable ou ont carrément refusé de participer à la collecte de résidus organiques sous prétexte que le compost ça pue.  L’humain est craintif face à ce qu’il ne connait pas et surtout il est bien dans ses vieilles pantoufles. Changer c’est difficile, si en plus le changement est demandé par autrui, c’est encore plus une tâche lourde à réaliser.

Dans le fond, j’ouvre  l’article en parlant de changement car présentement, c’est la base de ma démarche. J’écris pour sensibiliser les gens aux changements climatiques et aux moyens que nous, individu, pouvons adopter pour changer notre monde.

Depuis près de deux ans, je m’efforce de changer mes habitudes de vie. Si je fais le bilan, je peux être fière de moi. En deux ans, j’ai:

1- Je composte. J’ai un compost de jardin en plus de faire la collecte de résidus alimentaires organisée par mon arrondissement.

2- Je fais un jardin.

3-J’achète du vrac le plus souvent possible ( pas toujours facile car je n’ai pas beaucoup de magasin qui offre le vrac proche de chez moi).

4- Je fais mon propre nettoyant maison ( vinaigre et agrumes).

5- J’achète  des produits corporels bio et en vrac ( shampooing, crème à mains…)

6- Je donne et/ou je vends mes vieux vêtements et vieux jouets de ma fille.

7- J’opte pour des activités plutôt que des cadeaux matériels.

8-Je réutilise plusieurs objets ( chandail, rideaux, draps) pour leur donner une seconde vie.

9- J’ai toujours des sacs réutilisables sur moi.

10- Pendant 2 ans, j’ai eu un fermier de famille.

Ces quelques gestes sont que le début de ma démarche. Ma réalité travail et famille font que je suis encore ( et je le serais peut-être toujours)  une maman écolo imparfaite. J’aimerais vivre dans un quartier où l’environnement est davantage une priorité pour la population, car malheureusement, les magasins qui offrent une belle variété de produits en vrac se situe très loin de chez moi. Les commerçants du coin ont la vie dure. Les boutiques spécialisées ne voient que très rarement le jour dans mon quartier et leur espérance de vie est de courte durée. Les gens de mon coin n’encouragent pas  ce genre de commerce. Je trouve cela désolant. Je me console en sachant que l’environnement reste une priorité pour les élus de l’arrondissement. Je suis chanceuse d’avoir la collecte de résidus organiques à la maison.

Je recommence à écrire pour sensibiliser les gens. J’ignore si je vais être capable de maintenir le rythme et  publier des articles chaque semaine. Par contre, ce que je sais c’est que je veux continuer de parler de ce qui me touche, de ce que je suis et de  ce que j’aimerais réaliser.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s