J’aime jouer dans la terre

Le titre veut tout dire.

C’était la longue fin de semaine. Il a fait si beau. C’était le moment idéal pour travailler sur le terrain et surtout sur le jardin.

Ces temps-ci, ma vie professionnelle est stressante. C’est la fin de l’année scolaire, les élèves sont excités, parfois survoltés, l’été est à nos portes. C’est également l’heure des bilans. Bref, j’ai du pain sur la planche et il me reste peu de temps pour clore les dossiers. Les fins de semaine ensoleillés sont d’autant plus appréciés.

Durant la fin de semaine, j’ai arraché des mauvais herbes, tondu la pelouse, planter des légumes et des fruits… Bref, j’ai passé la fin de semaine à l’extérieur à profiter du soleil et de mon terrain. J’ai surtout jouer dans la terre. Ça m’a fait un bien fou.

Jouer dans la terre, m’a relaxé.  Cela m’a fait oublier le stress du quotidien. J’ai passé du temps avec ma fille à jardiner. Nous avons passé du temps de qualité en famille, tout en étant éducatif. C’était agréable!

Je ne pensais pas dire ça un jour mais j’aime réellement jouer dans la terre. Tsé pas mettre de gants de jardinage, regarder les vers de terre, arracher des mauvaises herbes  en se disant  » T’es mort le méchant mauvais herbe! » et se sentir dans un état euphorique. C’est difficile à expliquer comme sensation mais bon, ça défoule. Je me sentais comme une enfant!

Dans ma guerre contre les mauvaises herbes, j’ai même trouver des trucs écolos pour les faire disparaître. C’est bien le fun les arracher mais lorsqu’ils se logent entre les dalles du patio cela peut devenir long et frustrant. Il y a bien le fameux Roundup qui est très efficace mais, comme plusieurs le savent, ce charmant produit est néfaste pour notre belle planète et pour notre santé. Je me suis donc mise à la recherche de moyens de faire disparaître mes petites amies indésirables en respectant la nature. J’ai testé:

1- Le vinaigre: Y-a-t-il vraiment quelque chose que le vinaigre ne peut pas faire? C’est un produit magique. Vaporiser du vinaigre sur vos mauvaises herbes et vous pourrez leur dire « bye! bye! « .

2- L’eau bouillante: Pas de vinaigre sous la main? Pas grave! Verser de l’eau bouillante sur les mauvaises herbes et attendre 2-3 jours.

Si vous connaissez d’autres trucs contre les mauvaises herbes, faites moi en part. Je débute dans le jardinage et comme je suis incapable de faire les choses à moitié, j’aime découvrir tout ce le sujet qui me passionne. Actuellement, ce qui me passionne c’est le jardinage.

Sur ce, bon jardinage les amis!

DIGITAL CAMERA

 

 

Banc d’essai: Le couponning

En juillet 2015, je suis tombée sur une émission sur le couponning à Canal vie. Un mois plus tard, je commençais le couponning.

Je venais de m’acheter ma nouvelle maison et je voulais vraiment faire des économies car  les achats relier à la maison coûtaient un peu plus cher que prévu. J’étais consciente que les coupons étaient imprimés sur du papier et dans mon objectif zéro déchet je faisais un pas en arrière mais bon, je devais réduire ma facture d’épicerie.  N’ayant pas de commerces offrant des produits en vrac proche de chez moi, la solution d’utiliser des coupons était tentante.

Pendant 4 mois, j’ai été une couponneuse active. Je demandais à ma mère et ma belle-mère de me donner leurs encarts dans le publisac, j’imprimais plusieurs coupons sur le net, j’allais régulièrement à l’épicerie pour trouver des coupons de tearpad ou pour acheter des produits avec des coupons sur leur emballage… Je faisais tout ça dans l’optique de faire des échanges sur des pages facebook de couponneuses. Évidemment, je cherchais des coupons que j’allais utiliser et le moyen d’en trouver était de faire des échanges avec d’autres couponneuse. Pendant 4 mois, j’ai été « scotché » à mon écran d’ordinateur et à mon cellulaire.

Après 4 mois, j’ai réalisé que je détestais le monde du couponning. Que cela allait complètement à l’encontre de mes valeurs. Le couponning incite les gens à consommer, tout le contraire de ce que je fais actuellement. Être toujours à la recherche des bons « deals » et de coupons faisait que je consultais toujours mon cellulaire. J’avais toujours mon cellulaire sous la main. J’allais au parc avec ma fille, plutôt que de jouer avec elle comme je le faisais avant ma phase couponning, je consultais facebook par mon cellulaire. Du moment que j’entendais le son de mon messenger, j’allais consulter mes messages. J’étais accro. Étais-je heureuse? Non!

Mes 4 mois dans le monde du couponning m’ont fait réaliser bien des choses…

1-  Couponning et zéro déchet ça ne va pas ensemble.  Les compagnies font des coupons pour nous inciter à acheter. J’ai consommé plus qu’à l’habitude et surtout des produits que jamais je n’aurais mis dans mon panier sans coupon.  Coupons rime avec Junk food. J’avais pleins de coupons pour des produits congelés, des produits nettoyants, des produits pour le corps mais rien pour du tofu ou des fruits et légumes.

2- Les tearpads ( bloc de coupons accroché devant l’article) s’envolent vite.  Certains personnes partent avec le tearpad entier afin de faire des échanges sur Facebook. Si tu vas faire ton épicerie le samedi, il y a peu de chance que tu trouves des tearpad pleins.

3-  Écrire aux compagnies des commentaires peut rapporter beaucoup. Certains gardent les coupons d’autres les échangent pour en avoir de plus intéressant selon ce qu’ils consomment. Noter qu’écrire aux compagnies c’est long mais tu peux trouver davantage de coupons qui font ton bonheur.

4- Avoir un jardin, faire son propre pain, utiliser du vinaigre pour nettoyer sa demeure, sera toujours plus économique et meilleur pour la santé, qu’utiliser des  coupons.

5- Pour faire de réels économies avec le couponning, il faut avoir ÉNORMÉMENT de temps à investir. Ma réalité familiale et professionnel ne me permettait pas de couponner sans pénaliser ma vie familiale et de passer du temps de qualité avec mon entourage.

6-  À passer tout mon temps libre sur mon téléphone et/ou mon ordinateur à chercher des deals et des  coupons m’a rendu malheureuse et irritable.  Être toujours scotcher à un écran, c’est déprimant.

7- Faire les imbattables au Maxi ou au Walmart reste l’une des meilleures options pour économiser. Les économies sont peut-être moins grandes que jumeler des imbattables à des coupons mais, c’est meilleur pour mon moral. Je peux également me servir des applications comme reebee (circulaires en ligne) pour surveiller les ventes sans devoir prendre un publisac.

Deux applications à prendre en note:

Checkout 51: Scanner votre facture et vous aurez accès à un rabais sur certains produits. Après 20$ d’accumulé, l’application vous enverra un chèque par la poste. Cette application est une belle alternative pour économiser, tout en restant écologique ( aucun coupon à imprimer)checkout

Reebee: Merveilleuse application pour avoir accès aux circulaires en ligne. Pour celles qui font des imbattables,  vous n’avez plus besoin de présenter votre circulaire dans votre supermarché ( économie de papier), vous n’avez qu’à présenter votre cellulaire ou votre tablette à l’endroit  où la vente est indiquée.reebee

Les vraies adeptes du couponing me trouveront peut-être dure. Cette méthode pour économiser marche réellement mais elle n’enseigne pas les bonnes et saines habitudes de vie car elle incite les gens à surconsommer et à manger du Junk food.  Il est vrai qu’un consommateur averti peut réussir à bien manger grâce au couponning.  Par contre, cette personne ira chercher des rabais sur des produits afin d’avoir un crédit pour se payer des fruits et légumes.

Les couponneuses vont également faire profiter les plus démunis de leurs aubaines. Elles donnent souvent aux organismes qui redistribuent les denrées. À noter que pour arriver à faire de grosses économies, ces femmes passent beaucoup de temps à la recherche de coupons. Elles font la tournée des épiceries, font des échanges sur des groupes Facebook et passent beaucoup de temps sur leur ordinateur.  Dans l’ensemble, les femmes ( et les quelques hommes) qui pratiquent le couponning, font preuve d’une belle générosité et d’entraide. L’entraide est une des principales valeurs qu’ont les adeptes du couponning. Lorsque je me suis lancée, plusieurs m’ont aidé à avoir des coupons intéressants. Plusieurs ont fait de beaux échanges avec moi et ont fait preuve d’une belle générosité. Malgré tout cela, le monde du couponning n’est pas fait pour moi. Je ne veux plus passer autant de tant devant un écran et surtout je réduire mes déchets.

La moral de ce banc d’essai, il faut avoir BEAUCOUP de temps libre pour faire de grandes économies avec le couponning. Je lève mon chapeau à toutes celles qui réussissent à manger santé, faire du couponning, respecter l’environnement et économiser. Bravo car moi, je n’y suis pas arrivée!

Le changement

Le changement, un mot qui fait si peur mais qui peut tellement faire la différence.

Changer ses habitudes de vie c’es difficile. Plus nous sommes âgés, plus nos habitudes sont encrées en nous. Certains sont réticents au changement en particulier lorsque la demande est d’autrui. Par exemple, dans mon petit coin de pays, plusieurs citoyens ont témoigner leur mécontentement face à la nouvelle piste cyclable ou ont carrément refusé de participer à la collecte de résidus organiques sous prétexte que le compost ça pue.  L’humain est craintif face à ce qu’il ne connait pas et surtout il est bien dans ses vieilles pantoufles. Changer c’est difficile, si en plus le changement est demandé par autrui, c’est encore plus une tâche lourde à réaliser.

Dans le fond, j’ouvre  l’article en parlant de changement car présentement, c’est la base de ma démarche. J’écris pour sensibiliser les gens aux changements climatiques et aux moyens que nous, individu, pouvons adopter pour changer notre monde.

Depuis près de deux ans, je m’efforce de changer mes habitudes de vie. Si je fais le bilan, je peux être fière de moi. En deux ans, j’ai:

1- Je composte. J’ai un compost de jardin en plus de faire la collecte de résidus alimentaires organisée par mon arrondissement.

2- Je fais un jardin.

3-J’achète du vrac le plus souvent possible ( pas toujours facile car je n’ai pas beaucoup de magasin qui offre le vrac proche de chez moi).

4- Je fais mon propre nettoyant maison ( vinaigre et agrumes).

5- J’achète  des produits corporels bio et en vrac ( shampooing, crème à mains…)

6- Je donne et/ou je vends mes vieux vêtements et vieux jouets de ma fille.

7- J’opte pour des activités plutôt que des cadeaux matériels.

8-Je réutilise plusieurs objets ( chandail, rideaux, draps) pour leur donner une seconde vie.

9- J’ai toujours des sacs réutilisables sur moi.

10- Pendant 2 ans, j’ai eu un fermier de famille.

Ces quelques gestes sont que le début de ma démarche. Ma réalité travail et famille font que je suis encore ( et je le serais peut-être toujours)  une maman écolo imparfaite. J’aimerais vivre dans un quartier où l’environnement est davantage une priorité pour la population, car malheureusement, les magasins qui offrent une belle variété de produits en vrac se situe très loin de chez moi. Les commerçants du coin ont la vie dure. Les boutiques spécialisées ne voient que très rarement le jour dans mon quartier et leur espérance de vie est de courte durée. Les gens de mon coin n’encouragent pas  ce genre de commerce. Je trouve cela désolant. Je me console en sachant que l’environnement reste une priorité pour les élus de l’arrondissement. Je suis chanceuse d’avoir la collecte de résidus organiques à la maison.

Je recommence à écrire pour sensibiliser les gens. J’ignore si je vais être capable de maintenir le rythme et  publier des articles chaque semaine. Par contre, ce que je sais c’est que je veux continuer de parler de ce qui me touche, de ce que je suis et de  ce que j’aimerais réaliser.

 

Défi nature 30×30

À partir du 1 mai, je vais essayer de relever le défi de la Fondation David Suzuki, 30 minutes dehors pendant 30 jours.

Des études scientifiques démontrent que:
• 2 minutes dehors = moins de tensions musculaires
• 2 heures par jour dans la nature = + 20% de mémoire et de concentration
• 2 jours consécutifs au plein air = + 50% globules blancs anti-cancéreux

Prendre de l’air c’est bien mais puisque j’exige toujours un plus de moi-même, j’ai décidé de pousser le défi plus loin. Je vais faire 30 minutes dehors par jour et je vais le faire en étant active. Je vais en profiter pour prendre une marche, jouer avec ma fille, faire du vélo… Lorsque l’occasion se présentera, je pense même en profiter pour prendre des photos du paysage qui sera devant moi.

Présentement, je suis stressée, je dors mal, j’ai pris du poids… bref, ce défi arrive à point. Il me motive à me reprendre en main. J’ai besoin de lâcher prise, arrêter de penser au travail lorsque je suis à la maison et surtout je veux prendre du temps pour moi.

Pour me suivre et relever le défi vous n’avez qu’à vous inscrire sur la site de la Fondation David Suzuki.

Bon défi!

défi nature_30x302015_mainpic

Les Fonds Éco IGA

C’est le printemps, le beau temps est arrivé et le 22 avril prochain se sera le Jour de la Terre. Chaque année, plusieurs activités sont proposées afin de sensibiliser les gens à l’environnement. Cette année, avec l’achat de ma maison, mon geste pour l’environnement sera de me procurer un baril récupérateur d’eau de pluie.

Dans le cadre du Jour de la Terre, les Fonds Éco IGA offrent à la population la chance de se procurer un baril récupérateur d’eau de pluie au coût de 30$ ( valeur de 80$). Si vous voulez faire comme moi en vous procurant un baril, vous pouvez le faire en vous inscrivant sur ce site: www.iga.net/fr/implication/environnement/fonds_eco_iga

Vous pourrez vous procurer votre baril dans un IGA participant. Consulter le site afin de connaître les IGA participants. Le nombre de baril est limité.

jour

Coucou!

Quelle longue absence! J’ai été ultra occupée tout le mois.

J’ai décidé de prendre quelques minutes pour vous dire que j’existe toujours. Je ne suis pas très active sur la blogosphère car de gros projets occupent mes journées. Je me suis lancée dans l’organisation de deux gros évènements dans mon quartier, la fête nationale ainsi que le Relais pour la vie. En plus, je suis dans les boîtes. Je prépare mon déménagement. Je vais quitter mon charmant petit 4 et demi pour une magnifique maison avec un très grand jardin. Tous ces beaux projets prennent beaucoup de mon temps et à mon grand regret, j’ai peu de temps pour écrire. Je continue tout de même à bouffer de la culture, pas autant que je le voudrais, mais tout de même assez pour me satisfaire.

Dès que j’aurais plus de temps devant moi, je me met comme priorité d’écrire sur mes dernières découvertes en matière d’écologie.

Bouffer la culture: Février

Quel mois de février chargé en émotions! 28 jours, ce n’était malheureusement pas assez pour faire mes 10 rencontres culturelles. Il faut croire qu’avec toute l’excitation, le stress et toutes les autres émotions que j’ai vécu avec l’achat de la maison, mon esprit n’a pas toujours été disponible à la culture. Je compte bien me reprendre en mars mais pour l’instant, voici le compte-rendu de février.

En musique…

27 fois l’aurore de Salomé Leclerc

J’adore Salomé Leclerc et son dernier opus n’a fait que renforcer mon admiration face à cette artiste. Sa voix, ses mélodies, ses arrangements, tout, me fait tomber sous le charme de cette charmante jeune dame.

Aimer les monstres d’Émile Proulx-Cloutier

MON COUP DE COEUR DU MOIS. Je veux aller voir ce mec en spectacle. Il a l’air vraiment charismatique. Ces chansons aimerlesmonstressont sublimes, ses arrangements sont franchement très intéressants, ses textes magnifiques… Il se démarque vraiment de l’univers musical québécois actuel.

L’alchimie des monstres de Klô Pelgag

Malheureusement, je n’ai fait qu’une écoute de son album. Je ne me suis pas fait encore une idée claire de ce que j’entendais. J’aime sa voix mais je ne suis pas sûre d’entrer encore dans son univers.

Rêve américain d’Hôtel Morphée

Avec le mois de février de fou que j’ai passé, je n’ai même pas pris le temps d’écouter l’album. Je me le remet à l’horaire pour le mois de mars.

Les spectacles du mois…

Hisse et Ho Pas facile sortir un vendredi soir après une terriblement pénible semaine de travail. J’avais promis à ma fille de l’amener voir ce spectacle, ce que j’ai fait.  L’humour clownesque est très efficace. Les petites acrobaties au trapèze, la jonglerie, les chansons de Capitaine Hisse font également bien rire le jeune public. Les enfants ont tous adoré entendre crier cette Mademoiselle Ho, un peu trop criarde et hystérique à mon goût. Reste, que ma fille l’a adoré et en parle toujours. C’est le côté éducatif du spectacle qui est malheureusement décevant. C’est bien de trier les poubelles, mais faut-il expliquer aux enfants pourquoi le plastique se recycle et pourquoi une banane va dans le compost. Bref, ce spectacle qui se veut écologique, n’a rien montrer de  nouveau à ma fille.

La mal lunée, Sarah Toussaint-Léveillé

J’ai passé une excellente soirée en compagnie de cette chic fille. Sa musique folk, ses textes magnifiques, m’ont amené dans son univers qui est bien particulier. Belle présence scénique, elle ne se gêne pas pour faire participer le public à son spectacle. D’un naturel fou, nous tombons facilement sous son charme. Si vous aimez Salomé Leclerc, vous risquez de succomber à Sarah Toussaint-Léveillé.

Ah… la lecture!

J’ai enfin réussi à terminé la série Les héritiers du fleuve de Louise Tremblay-D’Essiambre. J’ai adoré. Je me suis héritiersattachée à ses personnages, certains plus que d’autres. L’histoire se situe dans Charlevoix au Québec. Elle débute dans les  années 1890 et se termine  aux alentours de 1939. On suit trois familles à travers leurs joies et leurs peines. Nous nous arrêtons dans les années de la Première Guerre Mondiale. La famille Tremblay sera alors touchée par cet événement historique. Nous faisons un saut également dans les années de la crise économique. Les personnages doivent alors s’adapter à une nouvelle vie.

J’aime les romans historiques. J’aime les romans basés sur la famille. Les héritiers du fleuve était une série pour moi.

En mars, je met à l’agenda…

  • 5 spectacles
  • 2 découvertes musicales
  • deux livres
  • un film

Côté spectacle… La semaine de relâche sera remplie. Ma fille et moi, allons découvrir 4 spectacles pour enfant soit:

  1. Les Expéditions d’Atlas Circus: Atlas nous fera découvrir le monde et les divers peuples qui y habitent à travers le cirque.
  2. Les puces de Stadivarius: Théâtre et musique se mêlent pour nous raconter la lutte entre deux luthiers qui cherchent à être les meilleurs de leur profession.
  3. Les athlètes de la flûte à bec: Quatre virtuoses de la flûte nous racontent…De la flûte soprano à la grande basse, de la musique baroque à la musique populaire, je crois que ma fille découvrira beaucoup sur cet instrument qu’elle adore tant jouer à 6h du matin.
  4. Disney on ice: La reine des neiges: Pas besoin de présentation dans le cas de spectacle. Tout le monde connait cette charmante Elsa.

puces geocircus flute

Pour mon plaisir, le 14 mars prochain, j’assisterai à la pièce Théâtre à relire de Jean-Pierre Ronfard.

Encore et toujours la lecture…

Pour le moment, j’ai choisi La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joel Dicker. Pour mon second livre, je me laisserais encore une fois porter par mon humeur du moment.

affaire harry quebertMusique et cinéma

Il y a temps d’artistes que j’aimerais découvrir. Je n’ai malheureusement pas encore fait un choix. Me connaissant, je devrais continuer avec des artistes francophones. Pour le moment, c’est ce qui me branche. Côté cinéma, je vais essayer de mettre la main sur un film oscarisé de cette année. Girouette que je suis, j’ai encore le temps de changer d’idée.

Voilà, je me lance dès aujourd’hui à la conquête de la culture. J’ai un rendez-vous à 14h avec Les puces de Stradivarius. 

Un an déjà!

Un an déjà!

Mon blog a aujourd’hui un an!

Le temps passe si vite. Il y a un an, je découvrais Béa Johnson et le principe du zéro déchet. En voulant, changer mon quotidien, j’ai décidé d’écrire un blog pour parler de mes découvertes et de mes démarches pour vivre une vie plus écologique.

Après un an, je me dis que c’est le temps de faire un bilan. Ai-je atteint mes objectifs? Qu’ai-je envie de changer?

Depuis un an j’ai:

  1.  Continuer de composter! Je composte de plus en plus.
  2. Je me suis abonnée à un fermier de famille. J’ai même renouvelé mon abonnement cette année. En juin, j’aurais de nouveau des bons légumes bio et locaux.
  3. J’ai débuté un jardin.
  4. J’utilise des produits nettoyants écologique. Le vinaigre est rendu un de mes meilleurs amis.
  5. J’utilise des pastilles pour le lave-vaisselle écologiques.
  6. Plusieurs de mes produits de beauté sont naturels ( masque de beauté, crème à main, shampooing…)
  7. J’utilise les réseaux sociaux pour vendre de vieux objets afin de désencombrer mon logis.
  8. Je fabrique de plus en plus les cadeaux pour mes proches ou je leur donne la chance de vivre des expériences en leur donner des cartes-cadeaux pour des activités ( cinéma, spa…)
  9. Je me fais des tablettes de papier avec mes vieilles feuilles imprimer qu’au recto.
  10. J’ai toujours mon petit sac réutilisable dans ma sacoche, en plus, d’avoir ma valise d’automobile pleine de sacs réutilisables afin d’être toujours prête pour faire l’épicerie.

Je suis encore loin d’atteindre le zéro déchet mais je sais que je vais y arriver un pas à la fois. La bonne nouvelle dans tout ça c’est qu’en juin, je franchirai une nouvelle étape; j’aurai enfin ma maison. Lundi dernier, mon offre d’achat était accepté. Je suis tellement excitée! C’est une grosse étape dans ma vie! Je vais pouvoir profiter de mon déménagement pour donner, vendre et recycler tout ce qui ne sera pas essentiel à mon bonheur. C’est l’occasion idéale d’essayer de vivre de façon plus minimaliste. Vous comprendrez que je risque d’être un peu moins présente sur la blogosphère pour quelques temps. Je compte tout de même continuer mon challenge de bouffer la culture et tester de nouveaux produits afin d’être plus écolo. Je compte d’ailleurs vous présenter bientôt un nouveau shampooing antipelliculaire naturel. Je vous retrouverai donc en mars avec mon bilan des rencontres culturelles de février.

anniversaire

Traitement naturel pour les mains gercées

Mais c’est aussi… le froid, le verglas, la fatigue par manque de clarté,les conditions routières exécrables, la peau sèche, les habits d’hiver, les lèvres gercées, les pellicules dans les cheveux et surtout, mon sujet d’aujourd’hui, les mains gercées.
Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, je dois me faire plaisir en chantant cette chanson de Dominique Michel qui résume bien mon état d’esprit des derniers jours.
En fouinant sur le web, j’ai découvert un petit remède contre les mains gercées. Cette recette est facile à faire, en plus,vous trouverez tous les ingrédients dans votre garde-manger. J’ai testé et j’ai approuvé. C’est maintenant mon traitement choc contre mes mains ultra gercées.
Pour faire cette recette, vous avez besoin de:
  • 1 cuillère à thé de miel épais
  • 1 cuillère à thé de jus de citron
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillère à soupe de sucre roux

1. Mélangez l’huile d’olive avec le miel. Ajouter le sucre roux et le jus de citron.

2. Mélanger afin d’obtenir une pâte moyennement épaisse.  Si elle est trop épaisse, ajoutez un filet d’huile. À l’inverse, ajoutez un peu plus de miel.

3. Appliquez le gommage sur vos mains et frottez-les en petits mouvements circulaires pendant quelques minutes.

4. Rincez vos mains à l’eau tiède tout en continuant de frotter..

5. Séchez vos mains Ensuite, vous devez hydrater vos mains. Vous n’avez qu’à mélanger à part égale du jus de citron et de l’huile d’olive. Laissez agir le plus longtemps possible.

Source: lafabriquecrepue.comIMG_8583

Bouffer la culture: le compte-rendu de janvier

Depuis que j’ai embarqué dans de la défi de Solange (voir mon article à ce sujet ICI), je redécouvre le plaisir que j’avais de lire, regarder un bon film de répertoire ou d’aller voir un spectacle. Donc, voici un petit compte-rendu de mes découvertes de janvier. En janvier, j’ai fait 5 rencontres culturelles. Soit

  • 3 découvertes musicales :Alexandre Poulin, Marie-Pierre Arthur et Groenland
  • un livre :La croix de feu partie 1 de Diana Gabaldon
  • un film :La Voleuse de livres adaptation du livre du même nom de Markus Zusak.

La musique a toujours fait partie de moi. Elle occupe une très grande place dans mon quotidien. C’est donc toujours un plaisir de découvrir des nouveaux  artistes, en particulier, des artistes québécois.  Ce mois-ci, je me suis laissée porter par la musique d’Alexandre Poulin, Marie-Pierre Arthur et Groenland.

1-Le mouvement des marées d’Alexandre Poulin Quel parolier! Ses mélodies sont envoutantes et avec la présence du banjo, c’est magnifique. J’ai été enchanté de découvrir enfin cet auteur-compositeur-interprète québécois, qui selon moi, gagne vraiment à être connu.

2- Aux alentours de Marie-Pierre Arthur Tellement trop court  comme album (30 minutes de musique) mais trop bon. J’en aurais pris encore et encore. Les mélodies sont entraînantes, en plus de nous rester dans la tête. Depuis 2 semaines, je fredonne « Amène-moi ».  Cet album est un gros coup de cœur. Je dois absolument voir cette fille en spectacle. Elle doit transmettre une superbe énergie.

3- The Chase de Groenland Une superbe voix, des mélodies magnifiques, un album a écouté et reécouté. Un des meilleurs groupes québécois anglophones que j’ai découvert dans les dernières années.

Le film du mois: The Book Thief (La Voleuse de livres) de Brian Percival J’avais prévu voir The Grand Budapest Hotel, mais finalement, je suis tombée sur The Book Thief. voleuseD’ordinaire, je lis le livre avant de voir le film mais ma curiosité a été piqué. L’actrice principale, Sophie Nélisse est une québécoise et The Book Thief est son premier long métrage étranger. Je devais voir comment elle se défendait au côté de Geofrrey Rush. J’ai été émerveillé et touché par son interprétation. Bref, j’ai passé un très bon moment, et j’ai même versé quelques larmes. En résumé, c’est l’histoire de Liesel, une jeune fille adoptée par un couple allemand durant la Seconde Guerre Mondiale.  Liesel se trouve comme passe-temps de voler des livres. Sa vie est bouleversée lorsqu’un Juif se réfugie chez elle, sous l’escalier de la cave.

Le livre du mois: La croix de feu de Diana Gabaldon Je ne résumerais pas ce livre car il fait parti d’une longue série mettant en scène une infirmière anglaise vivant au 20e siècle du nom de Claire, et un guerrier écossais du 18e siècle se nommant Jamie. Le premier tome introduit Claire qui traverse une porte de pierre pour se retrouver au 18e siècle. Elle fera la connaissance de Jamie et c’est ainsi que l’aventure débute. Je suis rendue au 6e tome de la série donc, vous imaginez que j’aime cette saga.

Le spectacle du mois…

Surprise! Surprise! Une rencontre inattendue avec la pièce Ô lit!. Cette pièce pour enfants mêle habilement le théâtre et la danse contemporaine. Son sujet original ( tout ce qu’on peut faire dans un lit, jouer au ninja, être en conséquence… Le lit a plus d’utilités qu’on le pense!), cette pièce a su me charmer ainsi que tous les enfants que j’accompagnais.

Pour le mois de février, j’ai décidé de m’attaquer un nouvel objectif de 10 rencontres culturelles pour le mois.

À l’agenda en février…

  • 4 découvertes musicales
  • 1 livres
  • 3 films
  • 2 spectacles

En février, mes découvertes musicales seront:

27 fois l’aurore de Salomé Leclercsalome leclerc

Aimer les monstre de Émile Proulx-Cloutieraimerlesmonstres

Rêve américain de Hôtel Morphéehotel morphée

L’alchimie des monstres de Klô Pelgag

klo pelgag

Pour les spectacles, j’ai opté pour des spectacles gratuits offert par la Maison de la culture de mon arrondissement. Pour la famille, j’ai déjà mes billets pour la pièce Hisse et Ho. Cette pièce aborde la thématique de l’écologie en utilisant chansons et techniques de cirques. Pour mon plaisir personnel, je vais aller découvrir La mal lunée, Sarah Toussaint-Léveillée

sarah hisse et ho2

Pour les films et les livres, je vais me laisser, encore fois, inspirée par ce que je trouverai à la bibliothèque.

Vous pourrez lire mon bilan du mois de février, le mois prochain. C’est donc un rendez-vous!