Banc d’essai: Le couponning

En juillet 2015, je suis tombée sur une émission sur le couponning à Canal vie. Un mois plus tard, je commençais le couponning.

Je venais de m’acheter ma nouvelle maison et je voulais vraiment faire des économies car  les achats relier à la maison coûtaient un peu plus cher que prévu. J’étais consciente que les coupons étaient imprimés sur du papier et dans mon objectif zéro déchet je faisais un pas en arrière mais bon, je devais réduire ma facture d’épicerie.  N’ayant pas de commerces offrant des produits en vrac proche de chez moi, la solution d’utiliser des coupons était tentante.

Pendant 4 mois, j’ai été une couponneuse active. Je demandais à ma mère et ma belle-mère de me donner leurs encarts dans le publisac, j’imprimais plusieurs coupons sur le net, j’allais régulièrement à l’épicerie pour trouver des coupons de tearpad ou pour acheter des produits avec des coupons sur leur emballage… Je faisais tout ça dans l’optique de faire des échanges sur des pages facebook de couponneuses. Évidemment, je cherchais des coupons que j’allais utiliser et le moyen d’en trouver était de faire des échanges avec d’autres couponneuse. Pendant 4 mois, j’ai été « scotché » à mon écran d’ordinateur et à mon cellulaire.

Après 4 mois, j’ai réalisé que je détestais le monde du couponning. Que cela allait complètement à l’encontre de mes valeurs. Le couponning incite les gens à consommer, tout le contraire de ce que je fais actuellement. Être toujours à la recherche des bons « deals » et de coupons faisait que je consultais toujours mon cellulaire. J’avais toujours mon cellulaire sous la main. J’allais au parc avec ma fille, plutôt que de jouer avec elle comme je le faisais avant ma phase couponning, je consultais facebook par mon cellulaire. Du moment que j’entendais le son de mon messenger, j’allais consulter mes messages. J’étais accro. Étais-je heureuse? Non!

Mes 4 mois dans le monde du couponning m’ont fait réaliser bien des choses…

1-  Couponning et zéro déchet ça ne va pas ensemble.  Les compagnies font des coupons pour nous inciter à acheter. J’ai consommé plus qu’à l’habitude et surtout des produits que jamais je n’aurais mis dans mon panier sans coupon.  Coupons rime avec Junk food. J’avais pleins de coupons pour des produits congelés, des produits nettoyants, des produits pour le corps mais rien pour du tofu ou des fruits et légumes.

2- Les tearpads ( bloc de coupons accroché devant l’article) s’envolent vite.  Certains personnes partent avec le tearpad entier afin de faire des échanges sur Facebook. Si tu vas faire ton épicerie le samedi, il y a peu de chance que tu trouves des tearpad pleins.

3-  Écrire aux compagnies des commentaires peut rapporter beaucoup. Certains gardent les coupons d’autres les échangent pour en avoir de plus intéressant selon ce qu’ils consomment. Noter qu’écrire aux compagnies c’est long mais tu peux trouver davantage de coupons qui font ton bonheur.

4- Avoir un jardin, faire son propre pain, utiliser du vinaigre pour nettoyer sa demeure, sera toujours plus économique et meilleur pour la santé, qu’utiliser des  coupons.

5- Pour faire de réels économies avec le couponning, il faut avoir ÉNORMÉMENT de temps à investir. Ma réalité familiale et professionnel ne me permettait pas de couponner sans pénaliser ma vie familiale et de passer du temps de qualité avec mon entourage.

6-  À passer tout mon temps libre sur mon téléphone et/ou mon ordinateur à chercher des deals et des  coupons m’a rendu malheureuse et irritable.  Être toujours scotcher à un écran, c’est déprimant.

7- Faire les imbattables au Maxi ou au Walmart reste l’une des meilleures options pour économiser. Les économies sont peut-être moins grandes que jumeler des imbattables à des coupons mais, c’est meilleur pour mon moral. Je peux également me servir des applications comme reebee (circulaires en ligne) pour surveiller les ventes sans devoir prendre un publisac.

Deux applications à prendre en note:

Checkout 51: Scanner votre facture et vous aurez accès à un rabais sur certains produits. Après 20$ d’accumulé, l’application vous enverra un chèque par la poste. Cette application est une belle alternative pour économiser, tout en restant écologique ( aucun coupon à imprimer)checkout

Reebee: Merveilleuse application pour avoir accès aux circulaires en ligne. Pour celles qui font des imbattables,  vous n’avez plus besoin de présenter votre circulaire dans votre supermarché ( économie de papier), vous n’avez qu’à présenter votre cellulaire ou votre tablette à l’endroit  où la vente est indiquée.reebee

Les vraies adeptes du couponing me trouveront peut-être dure. Cette méthode pour économiser marche réellement mais elle n’enseigne pas les bonnes et saines habitudes de vie car elle incite les gens à surconsommer et à manger du Junk food.  Il est vrai qu’un consommateur averti peut réussir à bien manger grâce au couponning.  Par contre, cette personne ira chercher des rabais sur des produits afin d’avoir un crédit pour se payer des fruits et légumes.

Les couponneuses vont également faire profiter les plus démunis de leurs aubaines. Elles donnent souvent aux organismes qui redistribuent les denrées. À noter que pour arriver à faire de grosses économies, ces femmes passent beaucoup de temps à la recherche de coupons. Elles font la tournée des épiceries, font des échanges sur des groupes Facebook et passent beaucoup de temps sur leur ordinateur.  Dans l’ensemble, les femmes ( et les quelques hommes) qui pratiquent le couponning, font preuve d’une belle générosité et d’entraide. L’entraide est une des principales valeurs qu’ont les adeptes du couponning. Lorsque je me suis lancée, plusieurs m’ont aidé à avoir des coupons intéressants. Plusieurs ont fait de beaux échanges avec moi et ont fait preuve d’une belle générosité. Malgré tout cela, le monde du couponning n’est pas fait pour moi. Je ne veux plus passer autant de tant devant un écran et surtout je réduire mes déchets.

La moral de ce banc d’essai, il faut avoir BEAUCOUP de temps libre pour faire de grandes économies avec le couponning. Je lève mon chapeau à toutes celles qui réussissent à manger santé, faire du couponning, respecter l’environnement et économiser. Bravo car moi, je n’y suis pas arrivée!

Gâteau au fromage version allégée

Dernièrement j’ai concocté une petite surprise pour ma cocotte qui adore le personnage des livres pour enfant Galette et pour papa hyperactif qui lui, adore le gâteau au fromage. Je leur ai donc préparé ce qu’on appelle maintenant  dans la famille « le gâteau Galette ». Je me suis inspirée de la recette de gâteau au chocolat de Galette dans le magazine Enfants Québec.

Pour faire Galette, vous avez besoin de:photo(10)

-90g de chocolat noir Baker

-120 g de chocolat blanc Baker

– Colorant alimentaire, rouge,jaune et bleu.

-Papier parchemin

-Carton rigide

-Douilles à pâtisserie et poche à douille ou sac ziploc si vous n’avez pas de poche.

photo(11)Préparation:

1- Dessiner le visage de Galette sur votre feuille de papier parchemin.  Une fois votre dessin complété, coller votre feuille de papier parchemin sur un carton rigide.

2- Faites fondre votre chocolat noir à feu doux. Cela devrait prendre entre 5 à 10 minutes.  Une fois fondu, mettre votre chocolat dans une poche  et tracer le contour du visage de Galette. Une fois terminé, mettre au réfrigérateur durant 10 à 15 minutes. Pendant ce temps, faire fondre le chocolat blanc. Une fois fondu, séparer le chocolat blanc dans 3 petits bols. Colorer un bol de chocolat blanc en jaune, l’autre en rouge et le dernier en violet à l’aide du colorant alimentaire.

3- Sortez votre Galette du réfrigérateur, et remplissez votre Galette des 3 mélanges de couleur. Une fois terminé, mettre dans le réfrigérateurphoto(12) pour faire solidifier le chocolat.

Pour le gâteau au fromage allégé:

– 2/3 tasse de chapelure de biscuit graham P’tit abeille

– 500 g de fromage à la crème léger du type philadelphia

-1 tasse de sucre

– 500 ml ( un pot) de fromage cottage 1%, bien égoutté

– 2 blancs d’oeuf

– 2 c. à soupe de fécule de maïs

– 1 c. à thé de vanille

Préparation

1-  Beurrer un moule à charnière de 9po. Étendre la chapelure de biscuits graham dans le moule.

2- Préchauffer le four à 450°F

3-Réduire le fromage cottage en purée lisse à l’aide d’un robot culinaire. Ajouter le fromage à la crème et mélanger le tout au batteur électrique jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Ajouter le sucre et les fécules de maïs. Mélanger le tout.

4- Ajouter les blancs d’œufs en battant à basse vitesse. Ajouter la vanille et mélanger jusqu’à ce que le tout soit bien homogène. Déposer la préparation dans le moule à charnière.

5- Cuire 10 minutes à 450°F. Par la suite, baisser la température du four à 250°F et cuire 40 minutes.

6- Laisse refroidir et réfrigérer durant une nuit.

7- Servir avec un coulis de chocolat ou un petit coulis de fruits. Bon appétit!

photo(13)

 

Coloration d’oeufs de Pâques façon écolo

Afin de nous mettre dans l’ambiance de cette fête chocolatée, hier soir, ma fille et moi avons confectionnés nos cocos de Pâques.  Ma fille était surexcitée à l’idée de colorer et dessiner pour une première fois des oeufs de Pâques. J’avais acheté pour l’occasion, un petit kit de coloration pour les oeufs.

Ce n’est que ce matin, en ouvrant mon ordinateur, que je suis tombée sur une recette de coloration d’oeuf naturelle sur le site du magazine Enfants Québec.  Déception, car j’aurais pu sensibiliser ma fille au mode de vie zéro déchet avec ce bricolage, mais bon, en même temps, ma cocotte n’a que 3 ans et elle aime avoir un résultat rapidement. Avec la coloration naturelle, certaines couleurs prennent une nuit à s’imbiber dans la coquille de l’oeuf. Ce ne sera que partie remise pour l’an prochain. Par contre, il n’y a rien qui ne m’empêche de vous faire découvrir ces recettes afin que vous puissiez les faire avec vos petits cocos.

photo

Préparation

Vous avez un choix à faire: Soit colorer un oeuf dur ou encore utiliser une coquille évidée. Dans les deux cas, vous pourrez manger l’oeuf. Un oeuf à la coq, une omelette, un oeuf tourné, toutes les recettes sont bonnes! Tout dépend de la manière que vous préférez vos oeufs.

Pour vider un oeuf sans le casser, vous n’avez qu’à percer avec une aiguille un petit trou à chaque extrémité de l’oeuf. Ensuite, vous soufflez doucement et récupérer dans un bol le contenu de l’oeuf. Vous devez ensuite rincer le coco et le laisser sécher avant de le teindre.

La coloration

Ajoutez 2 c. à soupe de vinaigre  à vos mélanges pour mieux fixer les couleurs. Quand les œufs auront la teinte désirée, retirez-les de la teinture à l’aide d’une cuillère perforée. Épongez légèrement avec une vieux torchon. Ne soyez pas surpris que la couleur ne soit pas parfaite unie, c’est dû à la texture poreuse de la coquille de l’oeuf.

Or :Vous avez besoin de 4 tasses d’eau ainsi que de 3 c. à soupe de curcuma. Faites bouillir les oeufs dans ce mélange durant 30 minutes. (N’oubliez pas les 2 c. à soupe de vinaigre pour mieux fixer les couleurs)

Brun pâle :Très simple à réaliser! Vous n’avez qu’à faire tremper vos oeufs dans du café bien noir à température ambiante durant 30 minutes. ( Je crois que je vais en faire tremper un demain dans le café de papa hyperactif. J’ai bien hâte de lui voir la tête quand il va réaliser que c’est pour un bricolage.)

Rose pâle: Faites bouillir 4 tasses de betteraves coupées en quatre dans 4 tasses d’eau pendant une dizaine de minutes. Laissez tiédir la solution et filtrez. Finalement, trempez les œufs  pendant 30 minutes.

Jaune pâle: Même principe que pour le rose pâle mais cette fois, vous devrez ajouté 3 c. à soupe de curcuma dans 4 tasses d’eau et faire bouillir durant 10 minutes. Laissez tiédir et filtrez. Finalement, faites faire une petite baignade à vos oeufs  dans cette solution pendant 30 minutes.

Bleu royal: Faites bouillir 4 tasses de chou rouge en morceaux dans 4 tasses d’eau pendant une dizaine de minutes. Laissez tiédir et filtrez. Trempez les œufs dans cette solution et laissez colorer toute la nuit.

Vert chartreuse: Faites bouillir 4 tasses d’eau avec  3 c. à soupe de curcuma. Laissez refroidir. Trempez-y les œufs à température ambiante durant  30 minutes. Ensuite, trempez-les dans une eau de cuisson de chou rouge pendant 5 secondes.

Lilas: Un peu plus compliqué que les autres teintures, pour réaliser le lilas vous avez besoin de betteraves et d’un chou rouge. Faites d’abord cuire des betteraves et conservez l’eau de cuisson. Par la suite, trempez les œufs dans cette eau à température ambiante durant 30 minutes. Finalement, faites également tremper les oeufs dans une eau de cuisson de chou rouge à température ambiante pendant 30 secondes.

 

Je vous souhaite d’avoir beaucoup de plaisir à faire cette activité avec vos poussins.  N’hésitez pas à commenter ce bricolage!

photo(1)

Notre petite famille de cocos. Ils ne sont peut-être pas à 100% écolo mais au moins nous nous sommes servis de leur contenu pour faire des muffins.



Les Jardins de l’Écoumène

Petite tranche de vie

Je suis née dans une famille où les travaux manuels ont toujours eu beaucoup d’importance. Ma mère est une brodeuse, elle tricote et coud. Toute petite, elle me confectionnait toutes les robes qui garnissaient  mon garde-robe. Plus âgée, la petite fille ne voulant plus porter de robe, ma maman s’est mise à me tricoter de gros bas de laine bien chauds pour me faire passer au travers de nos hivers.  Les années ont passés, l’adolescente a grandi et est devenue maman à son tour. Ma maman, maintenant grand-maman, s’amuse maintenant à tricoter des chandails, des tuques, des mitaines et des foulards , à sa petite-fille qui a si hâte de pouvoir apprendre l’art de sa « mémé ».

Mon papa, lui, ce sont les plantes qui le branche. Il cultive les orchidées depuis plusieurs années, en plus de posséder un magnifique potager et une multitudes de variétés de fleurs qu’il entretient dès que le printemps pointe le bout de son nez.

Cette année, mon cher papa m’a permis d’utiliser une petite parcelle de terre de son potager afin que je transmette, à mon tour, la passion des plantes à ma fille.

Parlons de jardinage…

Ce week-end, j’ai débuté l’organisation de cette belle aventure maman-fille. Je devais tout d’abord, trouver les semences. C’est sur le site des Jardins de l’Écoumène que ma cocotte et moi, avons fait nos achats de semences.

Les Jardins de l’Écoumène est une entreprise québécoise artisanale. Située à  Saint-Damien dans Lanaudière, leurs semences sont certifiées biologiques. Ils offrent une multitudes de variétés de semences de légumes, d’herbes aromatiques et de fleurs comestibles.

N’étant pas un pouce vert ( Bizarre n’est-ce pas, sachant que je baigne dans la culture des plantes depuis ma plus tendre enfance?), je devais dénicher les légumes les plus facilement cultivables. Le site des Jardins de l’Écoumène est très complet et clair. J’y ai retrouvé un  calendrier de semis (génial comme outil!). En plus, chaque variété de semence vient avec une petite légende claire et détaillée indiquant comment cultiver notre plante et/ou légume. Par exemple, je sais maintenant que l’échalote pousse en plein soleil, que je dois mettre la graine à un centimètre dans le sol,et finalement, que je dois mettre les plants à une distance de 5cm chacun. En plus, ils ont un guide du pouce vert (WOW!!! ça c’est pour moi!). Bref, le guide indique si cette variété de légume est pour un jardinier débutant, intermédiaire ou avancé.

Ma cocotte et moi, avons choisi de cultiver des carottes, des tomates, du persil, de l’origan, du basilic, des courgettes et des concombres. Ce samedi, nous allons rentrer dans la 2e phase de l’aventure, les semis.

Un peu plus d’infos…

Si vous désirez vous procurer des sachets de semences biologiques des Jardins de l’Écoumène vous pouvez le faire en ligne au www.ecoumene.com. Les frais de livraison sont que de 5$. Certaines jardineries et magasins d’aliments naturels en distribuent également.

Bon jardinage!

 carotte

 

 

Fermiers de famille ou jardins communautaire?

Dans mon élan de faire davantage ma part pour l’environnement, cette semaine, je me suis mise à la recherche d’un fermier de famille.

J’avais d’abord l’idée de faire un jardin  et faire pousser moi-même mes propres fruits et légumes. Malheureusement, certains jardins communautaires sont déjà complets et je devais être sur une liste d’attente. Mon balcon n’est malheureusement pas l’endroit idéal pour faire pousser quoi que soit. Le manque d’éclairage fait mourir la plus part de mes fleurs. Par contre, je n’abandonne pas l’idée d’avoir mon propre jardin lorsque j’aurai une belle grande cour ensoleillée. L’idée de pouvoir cueillir mes fraises dans mon jardin le matin pour les mettre dans nos crêpes au chocolat, ou d’aller cueillir mes laitues et tomates pour faire de bonnes salades, me plaît beaucoup. Ce qui me plaît encore plus, c’est de pouvoir initier ma fille au jardinage.Je trouve important de lui montrer à désherber, à arroser les fleurs, à faire pousser ses fruits et légumes. C’est une si belle activité mère-fille!

Ne pouvant faire un jardin cet été, j’ai opté pour les fermiers de famille. Une liste complète des fermiers est en ligne sur le site d’Équiterre. Il y a une carte des points de livraison. Vous n’avez qu’à trouver celui qui est le plus proche de chez vous et contactez le fermier qui livre à cet endroit. La plus part  des fermiers offrent 3 grosseurs de paniers et le coût varie de 16$ à 35$ environ selon la grosseur du panier et selon le fermier. Vous avez par contre des frais additionnels de 18$, contribution pour Équiterre. La plus part des fermiers offrent une grande variété de légumes, certains offrent même des fruits ( fraise, cantaloup, melon d’eau…). Les paniers sont généralement offert de juin à novembre.

Pour ceux qui aimeraient recevoir un panier à l’année, les Fermes Lufa situées à Montréal ( sur un toit d’un édifice), offrent la possibilité d’avoir un panier à l’année et en plus de le personnaliser. Ils offrent également plusieurs produits tels que des confitures, moutardes et même yogourt.  Dans mon cas, le gros désavantage c’est qu’ils possèdent peu de points de livraison. Il n’y en a aucun proche de chez moi. J’ai donc dû abandonner l’idée de faire affaire avec eux.

Cet été, j’aurai pour la première fois un fermier de famille. J’ai bien hâte de pouvoir commenter mon expérience. En attendant, voici quelques sites qui pourrait vous intéressez si vous souhaitez avoir de beaux légumes à déguster cet été.

Équiterre- Liste des fermiers de famille: http://www.equiterre.org/solution/paniers-bio

Ville de Montréal: Liste des jardins communautaires: http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,68853571&_dad=portal&_schema=PORTAL

Les Fermes Lufa: http://montreal.lufa.com/fr

Image