Un livre pour Bolduc

Je ne pouvais me taire sur cette initiative mise sur pied par un citoyen, Sébastien Talbot. Suite aux propos tenus par le ministre Bolduc, M. Talbot propose aux citoyens d’envoyer un livre au ministre dans l’espoir de regarnir les bibliothèques scolaires. Il lance même le concours : Envoyez un livre au ministre Bolduc sur Facebook.

Pour vous mettre en contexte, il y a quelques jours, le ministre Bolduc a annoncé que les écoles ont assez de livres dans leurs bibliothèques donc l’achat de nouveaux livres n’étaient plus nécessaire.  » Il n’y a pas un enfant qui va mourir de ça et qui va s’empêcher de lire, parce qu’il existe déjà des livres [dans les bibliothèques]  » affirme le ministre.

Depuis des années, j’essaie promouvoir la lecture auprès des jeunes. Ce n’est pas toujours facile car pour certain lire est tout un tour de force. L’intérêt n’y est pas toujours. Avoir une diversité dans les livres que je leur propose est donc primordiale. Ai-je besoin de préciser que la lecture aide grandement un élève au niveau de son français écrit, en plus de développer son imaginaire?

Qu’en est-il des auteurs qui vivent de leur écriture?  Si les écoles arrêtent d’acheter des livres, les auteurs québécois, en particulier les auteurs de romans jeunesses seront tout aussi touchés. Ce n’est plus juste une question d’éducation mais également de culture.

Pour ma part, je suis le mouvement. Demain, je me rendrai au bureau de poste et j’enverrai au ministre un livre jeunesse.

Pour en savoir plus :

Une opération « livre à la poste » cible Bolduc : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/416803/bolduc

Les écoles ont assez de livres, juge Bolduc: http://www.ledevoir.com/politique/quebec/416542/titre

bolduc

Publicités

Papier ou numérique?

Dernièrement, je me suis fait convaincre d’essayer la liseuse Kobo. Étant une grande lectrice depuis ma tendre enfance ( je lis minimum un livre par semaine et en période de vacances, je peux lire un livre au deux jours), j’étais réticente à essayer de lire sur cette nouvelle « bébitte ».

Pour moi, un livre a une odeur, une texture… Je me disais que lire sur une liseuse ne m’apporterait pas le même plaisir.

J’achète énormément de livres. En voulant désencombrer mon espace et avec mon souci pour l’environnement, l’an dernier, je me suis mise à emprunter plus régulièrement des livres à la bibliothèque. Malheureusement, souvent je devais attendre que le livre que je désirais lire soit disponible. Ça m’a démotivé un peu et je me suis remise à acheter des livres mais cette fois, j’achetais des livres d’occasions chez Renaissance (entre 1$ et 3,50$ le livre).

La semaine dernière, mon père a enfin réussi à me convaincre d’essayer sa liseuse. J’étais en relâche donc c’était l’occasion idéale pour essayer cette petite machine là. J’ai découvert une autre façon de lire en lisant le merveilleux livre de Dominique Demers, Pour que tienne la terre. Ça m’a pris au moins une cinquantaine de pages avant de m’habituer à cette façon de lire sur un écran. Une chance que le livre était excellent car c’est ça qui m’a incité à continuer ma lecture. S’imaginer dans une barque sur le fleuve à regarder les baleines c’est toujours agréable comme lecture!

Les points forts de la liseuse Kobo:

– Petit, ça se glisse si bien dans un sac à main.

– Peu énergivore. J’ai pu lire un livre complet et la batterie est toujours presque pleine.

– Je peux annoter des passages intéressants de ma lecture

-Plusieurs modèles disponibles

– Existe des cartes cadeaux Kobo. Génial  à donner un cadeau.

-Possibilité d’emprunter des livres numériques dans les bibliothèques de Montréal

-Facile d’utilisation ( c’est d’après moi le point le plus important).

-Grande capacité de stockage ( un livre pèse parfois que 500 ko)

-Nous pouvons lire plus d’un livre à la fois.

Écologique!!!!

Les points négatifs:

-Malheureusement, pour ceux qui aime prêter leur livre, je n’ai pas encore trouvé le moyen de prêter un livre que j’ai sur ma liseuse.

-Pour les amoureux des livres, le plaisir de tourner les pages n’est vraiment pas le même.

Lien utile:

Kobo: http://store.kobobooks.com

Pour ceux qui seraient intéressés à essayer une liseuse, je vous suggère vraiment d’essayer avec un livre que vous êtes sûr que vous allez aimer. Ça nous motive à continuer de lire même si nous trouvons la lecture sur l’écran difficile.

Cette expérience m’a permis de conclure que je veux une liseuse. Tout d’abord, parce que cela va m’aider à désencombrer mon chez moi de mes tonnes de livres. Ensuite, car mon sac à main de pèsera plus une tonne. Bref, je me suis habituée rapidement à cette méthode de lecture. Je me donne un mois pour en faire l’achat.

Image